in_the_air_clooney4sur5 Heureuse surprise que cette comédie six fois primée aux Golden Globe, les petits rigolos de l'autre côté de l'Atlantique nous emballant enfin avec un produit infiniment plus moderne que leurs relans reacs façon The Proposal, tout de même plus digne que le fond du panier chez nous qui préférons le gag champêtre au happy end conservateur.

 

in_the_air_cloo_ellImaginez ; vous passez votre temps à virer par vague, la tâche vous étant déléguée par des patrons probablement affairés, passant à cet effet la moitié de votre temps à quelques pieds au-dessus du sol américain, cultivant ainsi des miles jusqu'à empocher un prochain record ; ah oui, vous êtes en première, normal vous êtes George Clooney.

 

in_the_air_cartonPas d'attachements, liberté sans compromissions, vous avez évité la décrépitude en esquivant le sinistre ''cercle de la vie''. In the Air marche sur un terrain miné puisqu'il pose la question du prix de cette liberté, s'intéressant à la terrible dualité entre faste et manque de celui qui exerce une vie fantasmée.

 

Reitman sait comment nous faire plaisir ; enfin, voici un propos qui n'avance pas à peine masqué avec la ferme intention de vous faire rejoindre les chemins de votre chaumière, préférant prendre son sujet de front et le mesurer sous tous ses angles sans parti-pris ni éternel sens unique.

 

in_the_a11Mature, abouti et absorbant, In the Air pose une vision cynique sur les conformismes ambiants [très loin de la grâce, subversion ou profondeur de trublions tels SBC ou d'une série de l'acabit d'American Dad !], laissant au spectateur le plaisir d'assister à la manipulation, la crapulerie, à l'exhibition de bons sentiments frauduleux... avant de chavirer vers la romance plus posée, mais, maîtrisant son jeu, sans perdre de son mordant.

 

Savoureux, le film se laisse quelquefois aller à quelques jeux de mots nains au sens caché bien poussif, mais réjouit sans retenue dans son ensemble. Les anti risquent de démordre, Clooney se réappropriant finement les clichés autour de son image qu'il a contribué à installer avec complaisance [le clin-d'oeil à la pub Nexpresso sera au rendez-vous].

 

IN_the_air_workMalin, Up in the air tape allègrement dans le social ne serait-ce que par le mobile de ses personnages, soit les procédures de licenciement. Si les témoignages proposés d'entrée de jeu se montrent lourds car s'inscrivant dans cette veine ''réaliste'' d'un cinéma hollywoodien se réclamant de plus en plus ''sociologue'' averti à l'heure ou le documenteur entame sans doute son apogée, la pilule passe très vite d'autant que l'écriture emprunte d'esprit fait preuve d'une perspicacité à toute épreuve.

 

In the Air est un film qui regarde la réalité sans roublardise, sans simplifier son propos et sans imposer une quelconque leçon écrasante tout en instaurant une empathie absolue avec son héros. La solitude de ce bourreau de travail sans ''pilier'' interpelle tout particulièrement ; on retrouve ici, in fine, un thème croisant les Noces Robelles, cette histoire de grands adulescents pétris d'ambitions et avides de voyages autour du monde, mais qui eux se trouvaient enterrés par leur contexte domestique. Le désespoir de ces cas est tout à fait compatible, le regard sur les habitudes et les certitudes est tout aussi acerbe, mais des trois, l'un sait aussi bien que nous qu'il gagne sans doute au change. On espérait pas un tel discours de la part de cette Amérique dont on croyait qu'elle ne doutait de rien et ne riait elle aussi pas plus loin que ses tongs ! Mais que ceux qui rêvent encore d'Amérique se rassure ; de l'autre côté de l'Atlantique, on sait proposer au public des comédies à sa hauteur...

 

in_the_air_affUp in the air = 3sur5  Acteurs>3-4/5. Scénario>3/5. Dialogues>4/5. Originalité>3/5. Ambition>4/5. Audace>3-4/5. Esthétique>3/5. Emotion>3-4/5.

Notoriété>27.000 votes sur IMDB ; 1.300 notes sur AlloCiné

Votes du public>8.0/10 sur IMDB ; 2.4/4 sur AlloCiné [72% de ''2'' et ''3'']

Critiques presse>2.5/4 selon Allociné (France)


En salles au moment de la publication