04 décembre 2011

FAMILY MAN

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 0sur5   Soyons clairs, que le compteur soit au point mort pour Family Man, il y avait de quoi s'en douter à la vue de son pitsch : un malheureux ayant écouté ses ambitions a oublié la famille et l'éventualité de connaître les bonheurs de la vie simple. On connaît le refrain. Les couplets seront sans surprise.   Réalisateur de la trilogie Rush Hour, dont il venait de signer le premier opus avant de mettre en boîte Family Man,... [Lire la suite]

28 août 2011

MATRIX REVOLUTIONS (MATRIX 3) *

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5 Matrix aurait d'emblée été envisagé comme une trilogie par les frères Wachowski. Mais avec une première suite à leur film-culte, ils semblaient avoir épuisé le sujet. Matrix revolutions, excluant totalement les ébauches d'encarts ''politiques'' de son prédécesseur, préfère expliciter, quitte à ce que sa transparence conduise à la mièvrerie. Dans tous les cas, le blabla suprathéorique se révèle dans toute sa gratuité, sinon son ineptie, ne signifiant... [Lire la suite]
30 décembre 2010

MATRIX (MATRIX 1) **

&amp;amp;amp;amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;amp;amp;amp;gt; 3sur5 ''Nous avons commencé à écrire Matrix en partant de l'idée que toutes les choses que nous croyons réelles, que tous les objets qui nous entourent, sont en fait élaborés par un univers électronique : la Matrice'' annoncent les frères Larry et Andy Wachowski. Neo, pirate informatique, est dépêché par Morpheus qui le considère comme l'Elu appelé à libérer l'Humanité du joug de la Matrice évoquée.... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 00:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
01 décembre 2010

L'HISTOIRE SANS FIN II *

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5 En début de film, le bibliothécaire évoque l'idée qu'un livre change lorsqu'on s'y aventure une seconde fois. Nouveaux visages, approche antithétique, Fantasia n'a effectivement plus le charme qu'on y trouvait lors du premier raid. Infiniment plus gentillet et infantilisant, L'Histoire sans fin II frôle le contresens avec les parti-pris de son modèle.   Pour autant, cette suite n'affirme pas son indépendance, sa démonstration ne consistant... [Lire la suite]
01 juillet 2010

SHREK 4, IL ETAIT UNE FIN

&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; 1sur5 C'est davantage l'idée d'une fin qui nous attire ici. Il faut dire qu'on se doute que cet énième raid vers un potentiel a-priori épuisé ne permettra pas de retourner ce dernier dans un quelconque bon sens cette fois non plus. En effet sitôt après la véritable matrice Shrek, l'univers de l'ogre a été galvaudé dès un Shrek 2 pourtant tout aussi adulé mais au jeunisme éprouvant. Aussitôt... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 10:00 - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,
03 juin 2010

THE INVENTION OF LYING

&amp;amp;amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;amp;amp;gt; 5sur5 Dans un monde ''parallèle'' ou l'homme ne connaît rien de la notion du mensonge, chacun ne dit que vérité nue, sans jamais avoir recours au moindre artifice ou à de quelconques techniques rhétoriques pour tromper ou bien ménager son interlocuteur. La plèbe est inconvenante [blesser à l'occasion, est naturel, ce n'est ni le bon ni le mauvais, c'est le sens, l'unique], le monde en est accablant ; douillet,... [Lire la suite]
28 mars 2010

ALICE AU PAYS DES MERVEILLES - BURTON 2010 [5]

&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; 2sur5 A l'instar du remake de La Planète des Singes il y a près de dix ans, celui d'Alice au Pays des Merveilles devrait facilement balayer les ardeurs des fans de Tim Burton, quitte à les amener à relativiser ce qui leur apparaît comme un Absolu. Jusque-là, même si elle a pu décevoir dans le fond à quelques reprises, la filmo de Burton est plutôt impeccable, naviguant entre le bon... [Lire la suite]