04 décembre 2011

FAMILY MAN

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 0sur5   Soyons clairs, que le compteur soit au point mort pour Family Man, il y avait de quoi s'en douter à la vue de son pitsch : un malheureux ayant écouté ses ambitions a oublié la famille et l'éventualité de connaître les bonheurs de la vie simple. On connaît le refrain. Les couplets seront sans surprise.   Réalisateur de la trilogie Rush Hour, dont il venait de signer le premier opus avant de mettre en boîte Family Man,... [Lire la suite]

02 novembre 2011

A SINGLE MAN ****

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 4sur5 Sitôt qu'un créateur de mode ou un publicitaire passe derrière la caméra, ce sont toujours les mêmes reproches : à l'instar, par exemple -et dans un tout autre genre-, du The Cell de Tarsem Singh, A Single Man, premier film du styliste Tom Ford, sera taxé de coquille vide à la beauté froide. Argument aussi artificiel que ce qu'il est censé dénigré [parce que, finalement, il se focalise plus encore sur la forme], mais tant pis.  ... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 00:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
16 décembre 2010

DELLAMORTE DELLAMORE ***

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 4sur5 En voulant se détacher de son père protecteur Dario Argento, Michele Soavi [Bloody Bird] a longtemps hésité avant de savoir ou donner de la tête : il voulait, semble-t-il, réaliser ''son film parfait''. D'ailleurs, après s'être décidé à adapter le roman éponyme, son Dellamorte Dellamore plébiscité à Gérardmer en 1994, chef-d'oeuvre ultime pour certains, l'incitera à abandonner la carrière de réalisateur pour passer à la... [Lire la suite]
02 octobre 2010

SOMBRE ****

  4sur5 En règle générale, les oeuvres travaillant comme une lame de fond l'esthétique cinématographique ne sont pas légion. En France c'est carrément une donnée arrêtée [à la rigueur, on compte une Claire Denis pour des dizaines d'ersatz de Veber ou Onteniente]. Elle semblait l'être en tout cas, avant cette vague d'auteurs foncièrement nouveaux, de réformateurs : Noé éventuellement [Carne, Irreversible, Enter the Void], Du Welz surtout [Calvaire & Vinyan], et les précédant de peu, Philippe Gandrieux. Comme à... [Lire la suite]
10 septembre 2010

DESTOCKAGE 1 : THE JACKET + GANG DE REQUINS + DOOM + EXTREME MOVIE

&amp;nbsp; <!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Comme la presse spécialisée, Pinksataniste apprécie de pouvoir tomber dans la facilité en débriffant une séance en quelques lignes. Mais comme Pinksataniste n'est pas payé pour ça, il s'en tape, il a la conscience tranquille ! De nombreux films sur lesquels je n'ai pas envie de passer une demi-heure atterriront désormais dans cette catégorie spéciale, consistant en un déstockage massif [principe déjà éprouvé  pour les opus de... [Lire la suite]
05 septembre 2010

TOUS LES GARCONS AIMENT MANDY LANE ***

  4sur5 Comme The Burrowers, mais dans une plus forte mesure, voici l'injuste recalé des sorties en salles que les cinéphages (aussi bien en France que dans son pays d'origine, les USA) ont du se restreindre à découvrir mais sur le Net. Fort de la réputation qu'il s'y est faite, le film a vu sa sortie vidéo enfin aboutir, puisqu'il est désormais disponible sur le marché, quatre ans après avoir été bouclé [et alors que Jonathan Levine a déjà mené bien d'autres projets depuis].   Malgré son triomphe sans ambiguité... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 00:00 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

02 septembre 2010

MILLENNIUM ACTRESS **

  2sur5 Après la confusion entre réel et fantasme dans Perfect Blue, Satoshi Kon réitère en bâtissant son second long-métrage autour d'un principe de double perception. Le cinéma ici devient le support des expériences d'une femme qui a construit le sens de sa vie par son biais dans l'unique but de retrouver son premier amour, un inconnu poursuivi par la police, croisé dans sa jeunesse.   La structure de Millennium Actress cherche moins à égarer que celle du précédent film de Kon : à partir de l'interview d'une... [Lire la suite]
07 juillet 2010

IMMORTEL (AD VITAM)

&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; 5sur5 Auto-adaptation de sa trilogie Nikkopol, Immortel (ad vitam) marque le retour d'Enki Bilal derrière la caméra après deux échecs publics passés simultanément dans l'oubli. Aussi décorateur pour le cinéma et à la scène, l'auteur de BD signe un film effervescent, beau, morbide, polymorphe, abstrait et poétique, au monde riche et éminemment original dont la naiveté n'a d'égal que la... [Lire la suite]
22 mars 2010

PETITES CONFIDENCES (A MA PSY) [6+]

&amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;gt; 3sur5  Fantaisie bobo balisée mais infiniment plaisante dans le fond, Petites confidences alimente pourtant son romantisme éculé de poncifs balourds : madame a un copain gay et une copine qui ricane tout le temps, même quand il faut pas et surtout quand ça sert à rien ; mieux encore, entre une intrusion nocturne dans un parc et deux remodelages de la surface de la Terre, elle révèlera en ''luiiiii'' l'artiste refoulé. Avant... [Lire la suite]
04 mars 2010

I LOVE YOU PHILLIP MORRIS [7]

&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;amp;gt; 3sur5 Fantaisie faussement kitsch, I love you Philipp Morris, en plus de s'approprier le don de traiter de sujets hards ou tabous dans un gant de velours, récupère un avatar de la comédie beauf -l'homo- pour illustrer l'histoire d'un homme prêt à tout pour être aimé, ou plutôt qui n'aurait plus que l'amour comme ultime repère et credo immuable.   I love you est l'histoire d'une... [Lire la suite]