02 octobre 2010

SOMBRE ****

  4sur5 En règle générale, les oeuvres travaillant comme une lame de fond l'esthétique cinématographique ne sont pas légion. En France c'est carrément une donnée arrêtée [à la rigueur, on compte une Claire Denis pour des dizaines d'ersatz de Veber ou Onteniente]. Elle semblait l'être en tout cas, avant cette vague d'auteurs foncièrement nouveaux, de réformateurs : Noé éventuellement [Carne, Irreversible, Enter the Void], Du Welz surtout [Calvaire & Vinyan], et les précédant de peu, Philippe Gandrieux. Comme à... [Lire la suite]

31 août 2010

PHILOSOPHY OF A KNIFE ***

  3sur5 Anecdote incontournable : Philosophy of a Knife serait ''le film le plus barbare de tous les temps''. Comment esquiver une telle promesse d'absolu ? C'est en tout cas l'un des, sinon le, plus gros scandale cinématographique des années 2000 à ce jour. Il traite d'une des pages les plus noires de l'Histoire contemporaine, à savoir les exactions commises par le ''camp 731'' au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Consacré aux recherches bactériologiques, ce centre militaire de l'armée nippone doit sa notoriété aux ... [Lire la suite]
19 août 2010

THE HUMAN CENTIPEDE *

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5 Accompagné d'une aura de scandale quasi-comparable à celles des récents Philosophy Of A Knife ou Snuff 102, The Human Centipede est la preuve qu'une idée saugrenue ne fait pas forcément un bon OCNI : celui du réalisateur Tom Six en tout cas vole assez bas. Le pitsch : le Dr.Joseph Heither, ancien chirurgien ayant séparé des siamois, a l'ambition de créer un mille-pattes humains en reliant trois personnes par voie anale... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 00:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
16 juillet 2010

LOST HIGHWAY

5sur5 C'est la grande énigme du cinéma contemporain mais jamais les débats ne s'affolent autant que pour ses ''cauchemars introspectifs''. Avant même la consécration ultime par Mulholland Drive, tout Lynch, ou plutôt toute la structure opaque -quasi autiste- et l'atmosphère byzantine qui propulsent son oeuvre hors de toutes normes, étaient délivrés dans Lost Highway.   On ne sait pas ou on va, on définit mal d'ou on vient ; mais personne n'y voit le même édifice. Certains lui colleront l'étiquette du ''délire'',... [Lire la suite]