09 décembre 2011

8MM HUIT MILLIMETRES ***

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 4sur5 On a toutes les raisons d'aller à reculons vers 8 mm. On redoute vers quelles eaux troubles ce film nous engagera et la peur éprouvée est notamment celle de la forme qu'empruntera la réponse éthique au sujet abordé. Avec Joe Schumacher, ce vieux réac prêt à tout pour valider votre Droit de tuer, elle pourrait bien être aussi glauque et inacceptable que ce qu'elle épingle, ou à défaut subtilise simplement. Surtout que manifestement et... [Lire la suite]

31 août 2011

LE MAITRE DES ILLUSIONS ***

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 3sur5   C'est peu dire que Clive Barker est responsable de quelques-unes des plus grandioses pièces du cinéma fantastique. Piqué au vif après une adaptation d'une de ses nouvelles avec la série Z Transmutations, le romancier décidait de porter lui-même à l'écran son Hellraiser : résultat, le film parfait, soit une expérience de cinéma absolue. Revers de la médaille, toutes les incursions ciné de Barker seront massacrées par la censure,... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 00:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
08 février 2011

NIKITA **

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5   Dans les années 1990, c'était un phénomène. Premier film français à dépasser le cap des cinq millions de dollars aux US, source de divers remake et d'une série télévisée. Après un Grand Bleu raillé par la critique, le public érigeait définitivement Luc Besson sur un piédestal. La raison ? Une mise en scène branchouille, un scénario sans flottement érigé autour d'une ligne claire et surtout l'heroine éponyme du film, une... [Lire la suite]
15 janvier 2011

SUR LA ROUTE DE MADISON ****

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 5sur5 Choisir, c'est renoncer, mais c'est surtout trahir une condition qu'on a accepté d'endosser. Que l'acte ait été accompli à contre-coeur ou sans même vraiment y penser, sans qu'on se soit senti exister et l'affirmer à ce moment-là n'y change rien. Une vie fade et fixe plutôt que se risquer à l'échec de la passion ; la vérité du dilemme de Francesca est peut-être aussi là, dans cette peur de l'abandon, à soi-même, l'énigme... [Lire la suite]
21 décembre 2010

IL FAUT SAUVER LE SOLDAT RYAN **

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5 Ce n'est ni le grand moment de communion céleste claironné par les critiques américaines et une foule de cinéphages, ni la bouse nationaliste intersidérale que quelques sceptiques de service prétendent être les seuls à vilipender. En évoquant une des dernières pages effectives de la seconde guerre mondiale, Spielberg rompt avec une tradition américaine accordant le monopole des évocations du genre au conflit... [Lire la suite]
16 décembre 2010

DELLAMORTE DELLAMORE ***

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 4sur5 En voulant se détacher de son père protecteur Dario Argento, Michele Soavi [Bloody Bird] a longtemps hésité avant de savoir ou donner de la tête : il voulait, semble-t-il, réaliser ''son film parfait''. D'ailleurs, après s'être décidé à adapter le roman éponyme, son Dellamorte Dellamore plébiscité à Gérardmer en 1994, chef-d'oeuvre ultime pour certains, l'incitera à abandonner la carrière de réalisateur pour passer à la... [Lire la suite]

01 décembre 2010

L'HISTOIRE SANS FIN II *

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5 En début de film, le bibliothécaire évoque l'idée qu'un livre change lorsqu'on s'y aventure une seconde fois. Nouveaux visages, approche antithétique, Fantasia n'a effectivement plus le charme qu'on y trouvait lors du premier raid. Infiniment plus gentillet et infantilisant, L'Histoire sans fin II frôle le contresens avec les parti-pris de son modèle.   Pour autant, cette suite n'affirme pas son indépendance, sa démonstration ne consistant... [Lire la suite]
12 novembre 2010

LA SAGA "DIE HARD" **

&lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&gt; Cet article évoque les quatre opus de la saga "Die Hard", chacun de façon isolée. PIEGE DE CRISTAL - DIE HARD *** 3sur5  C'est le film d'action américain dans toute sa splendeur et ses limites, aux failles abyssales et aux sommets olympiens. Après le succès de Predator, John McTiernan a carte blanche : il récupère un scénario qu'il édulcore volontiers pour ouvrir la voie à une nouvelle démarche de genre. Au diable les agents... [Lire la suite]
02 octobre 2010

SOMBRE ****

&nbsp; 4sur5 En règle générale, les oeuvres travaillant comme une lame de fond l'esthétique cinématographique ne sont pas légion. En France c'est carrément une donnée arrêtée [à la rigueur, on compte une Claire Denis pour des dizaines d'ersatz de Veber ou Onteniente]. Elle semblait l'être en tout cas, avant cette vague d'auteurs foncièrement nouveaux, de réformateurs : Noé éventuellement [Carne, Irreversible, Enter the Void], Du Welz surtout [Calvaire & Vinyan], et les précédant de peu, Philippe Gandrieux. Comme à... [Lire la suite]
01 octobre 2010

LE CHACAL **

&lt;!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --&gt; 2sur5 Ce n'est pas un spoiler, ''le chacal'' est Bruce Willis. Rien à spoiler dans le fond de ce Jackal, pure machine rigide que le temps ne manquera pas d'abandonner au bon vouloir de cinéphages geeks en mal de citations. Il faudra bien être zélé d'actioner movie pour se souvenir de cette anecdote, puisque c'est avec ce même zèle insensible qu'elle rempli son cahier des charges, relativement prévisible voir monolithique.   Mettant en scène... [Lire la suite]