que_la_bete_meure_13sur5 Un écrivain décidé à venger la mort de son fils tué par un chauffard se met en quête de l'identité du meurtrier. Il la découvre en la personne d'un garagiste vulgaire et bas-de-front ; dès lors, il s'introduit dans la famille de celui-ci et s'efforce d'en devenir l'ami intime afin d'aller au bout de son intention.

 

Chabrol commence par tisser un faux-semblant de canevas, brouillant les pistes d'entrée de jeu derrière sa déférence apparente aux codes du polar. S'il attire la sympathie sur le personnage du père revanchard incarné par Michel Duchaussoy, la suite ôtera la spontanéité de façade de celui-ci pour révéler un assassin froid et calculateur, trop pour qu'une quelconque passion justifie encore sa démarche.

 

Les deux adversaires intimes se révèlent tout aussi énigmatiques l'un que l'autre, puisque face au petit-bourgeois sans attrait, Jean Yanne est un héros populo bien sous tous rapports, veule et pas moins malveillant derrière ses apparences de simple bonhomme affreux, sale et médiocre. Il n'y a pas de personnages positifs ici, chacun est l'ambassadeur étriqué ou intolérant d'une certaine France. Seul le fils de la bête, partageant la même haine pour son ogre de père que l'écrivain, est à sauver de ce panier de crabes, parce que son désespoir et sa souffrance ne se parent d'aucun artifices.

 

Cette volonté, achevée, de perdre le spectateur rachète le plat premier degré apparent ou le film donnait l'air de se lancer ; au contraire, l'exercice de style permet à Chabrol de renouveler son style en torpillant ses repères excessivements penauds et scolaires. C'est cet élan amer et satirique qui détache le cinéaste de sa manie à s'adonner à une cruauté si élémentaire que son impact s'en trouve sévèrement limité ; ici, les éclats cynique dynamitent une toile qui n'a de sobre et de poli que l'apparence.

 

que_la_bete_meure_afficheQue la bête meure***  Acteurs*** Scénario*** Dialogues*** Originalité**-* Ambition*** Audace*** Esthétique**-* Emotion**-*

 

Notoriété>1.200 sur IMDB ; 300 sur allociné

Votes public>7.8 sur IMDB ; France : 8.0 (allociné)

Claude Chabrol sur Pinksataniste.... La Fleur du Mal + Une affaire de femmes + Violette Nozière + Masques