4262sur5 Malgré son sujet-choc (donc bankable), No Morire Sola peine à percer chez les cinéphiles. Ses quelques spectateurs lui entretienne une piètre réputation, tapissant (modérément) le Net de critiques assassines, sinon pire, c'est-à-dire condescendantes à en atteindre le stade de la moquerie la plus acerbe.

 

Dans la ligne de mire de ces mécontents, l'amateurisme de la réalisation et la petitesse du propos. Il faut dire qu'on nous l'a déjà fait, le coup des petites proies insouciantes soumises aux sombres instincts d'affreux sales vilains ploucards, omerta des collaborateurs locaux comprise. Qui plus est, l'option de l'hyperréalisme est depuis longtemps la moins originale de toutes.

 

Bogliano a essayé sa redite à lui de tout un genre, florissant dans les 70's et sur lequel ne sont opérés que quelques retours ponctuels aujourd'hui (dont celui, particulièrement bien orchestré, sur La Dernière Maison sur la Gauche de Craven). No Morire Sola/I'll Never Die Alone est ainsi un rape-and-revenge, un de ces films ou des filles violées prennent leur revanche en tuant leurs agresseurs, non sans leur infliger quelques corrections physiques méritées -et, idéalement, jouissives. Le leitmotiv féministe est peut-être sincère, mais il est fort mal servi par ce nanar hargneux de façade, finalement démuni dans sa noble cause.

 

Au-delà de la mollesse stupéfiante du récit et de la mise en scène (ah, cette riche idée de tout filmer pour bien tout montrer d'une candeur ou d'une détresse), c'est l'ineptie de la chronique qui agace (le réalisateur ne connaît-il vraiment rien du sexe féminin, ou s'est-il contenté de parcourir les articles de Elle ou Marie-Claire pour se faire une idée ?). Solennité cheap pour symbolique rutilante : les manies de Bogliano sont quelquefois favorables à son film, comme pour cette façon de filmer la route en arrière et contre-plongée lors du final (pas fulgurant, c'est vrai). Pour les plus attentifs ou cléments, il y aura aussi l'exotisme du cadre, plus jungle que rural, cette fois (c'est peut-être ça, le progrès).

 

Malgré ses ingrédients polémiques, voici un film jamais poignant, incapable d'atteindre viscéralement ; c'est une besogne de plus dans le genre. C'est moche, la scène de viol est sauvage, la vengeance trash comme il faut, mais globalement ça ne se donne pas comme autre chose qu'un attrape-pervers. Petits pervers décidément bien attrapés car au lieu de claque impure, c'est un somnifère pour cachalot qu'on leur administre. Remarque, ça aussi c'est puissant et puis, il y a souvent si peu de choses derrière l'ennui qu'on en éprouve facilement le vertige.



 

 

affiche_I_ll_Never_Die_Alone_No_morire_sola_2008_3No Morire Sola* (4/10)  Acteurs** Scénario* Dialogues* Originalité* Ambition** Audace** Esthétique** Emotion*

 

Notoriété>200 sur IMDB ; 5 sur allocine

Votes public>5.1 sur IMDB ; 3 sur allocine

Note globale = 5- (2/5)

 

Rape_and_revenge sur PS... La Dernière Maison sur la Gauche (remake) + Le retour de l'Inspecteur Harry

Amérique latine sur PS... Borderland + Babel + Sin Nombre