30 janvier 2011

PUSHER 3 *****

  5sur5   Pusher 2 était motivé par les nécessités financières de Winding Refn après son échec américain [Fear X] ; sur le papier il s'agissait donc d'une contrainte. Que le cinéaste la surmonte et nous avec relevait théoriquement de l'improbable. A l'arrivée, il nous livrait un ''film de gangsters'' si réceptif à l'humanité qu'on en sortait certains d'avoir déniché un concurrent à Casino. Le succès appelant le succès, le dernier opus de la trilogie jouit d'une facture technique nettement plus élaborée, ... [Lire la suite]
Posté par pattylecter à 00:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,

26 janvier 2011

LA COLLINE A DES YEUX 2 (2007) *

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 1sur5   Après un remake salué au-delà des aficionados du genre, Craven est toujours aux rênes du projet de reprise de son moribond diptyque, La Colline a des Yeux. L'essentiel du travail est fait, aussi le Besson de l'horreur entend capitaliser sans prise de têtes : pour assumer l'ineptie probable qui en débouchera, plutôt confier la mise en scène à un inconnu [parce que ça vous dit quelque chose peut-être Grimm Love... [Lire la suite]
20 janvier 2011

IRENE

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 0sur5 Irène, ou le ''cinéma existentiel'' comme caution à la peinture complaisante d'une banalité sordide. Non pas qu'elle distille le moindre malaise, juste qu'elle nous assomme, cette banalité bigger than life ; il y a assurément contradiction en les termes, c'est normal. Cécile de France est Irène, trentenaire timide, accessoirement pucelle attardée. Une vie de merde. Enfin même pas. Juste une vie insipide d'autiste ordinaire. Le film... [Lire la suite]
15 janvier 2011

SUR LA ROUTE DE MADISON ****

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 5sur5 Choisir, c'est renoncer, mais c'est surtout trahir une condition qu'on a accepté d'endosser. Que l'acte ait été accompli à contre-coeur ou sans même vraiment y penser, sans qu'on se soit senti exister et l'affirmer à ce moment-là n'y change rien. Une vie fade et fixe plutôt que se risquer à l'échec de la passion ; la vérité du dilemme de Francesca est peut-être aussi là, dans cette peur de l'abandon, à soi-même, l'énigme... [Lire la suite]
13 janvier 2011

DIKKENEK **

<!-- @page { margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> 2sur5 Portrait croisé d'une tribu de consanguins et tarés divers, la comédie de la belgitude fait le choix du ''ça passe ou ça casse'' en allant jusqu'au-bout des caricatures qu'elle exploite. Le geste est intègre, le film inégal : il souffre de sa structure dilettante, puisqu'en reposant sur un enchaînement de sketchs, il n'esquive pas toujours le passage à vide. Un refoulé prosaique, très ''bitume, bierre &... [Lire la suite]