ph30sur5 Irène, ou le ''cinéma existentiel'' comme caution à la peinture complaisante d'une banalité sordide. Non pas qu'elle distille le moindre malaise, juste qu'elle nous assomme, cette banalité bigger than life ; il y a assurément contradiction en les termes, c'est normal. Cécile de France est Irène, trentenaire timide, accessoirement pucelle attardée. Une vie de merde. Enfin même pas. Juste une vie insipide d'autiste ordinaire. Le film fait le choix de coller à celle-ci : grossière erreur pour un sujet aussi béant et laborieux.  Il ne fonctionne qu'en exacerbant le pathétique de son personnage. Bien sûr, Cécile de France est égale à elle-même ; évidemment, les acteurs ne sont pas à blâmer.

 

Oui, mais fermez les yeux ; pensez, maintenant, à la personne la plus fade que vous connaissez. Imaginez-vous en tête-à-tête avec celle-ci pendant une heure trente. Ca ne vous donne pas envie, mais surtout vous pensez que ce serait une torture. Vous avez tort ; ce ne sera pas une heure de souffrances, mais plutôt d'absences. La solitude urbaine, là est le thème, il a un potentiel infini. Mais Ivan Calbérac ne sait faire autre chose que d'exploiter de gentils clichés sans penser un seul instant à leur enfiler le moindre point de vue. On évoque la vie moderne, aujourd'hui les âmes errantes copulent sur Internet, c'est cruel et touchant, vous ne trouvez pas ?

 

Il y a un peu d'humour crétin, et l'absence totale de style dans la forme comme dans la fond permet à un ton mélancolique surfait de crever l'écran. Cette détresse infondée, puisque reposant sur des pions sans passé(s), sans aspirations, sans idées, ne laisse aucune place à des personnages qui jamais ne prennent forme. C'est la vie en blanc. Même pas glauque, même pas déprimant. Juste le grand vide.

 

Je ne sais pas, mangez des pommes, lisez l'annuaire, il y aura peut-être une étincelle, un quelque chose d'incarné. Mais ne regardez pas Irène, parce qu'on est plus au stade du stand-by, mais à celui de mort suspendu. Pas motivé par le désespoir, le suicide éphémère ; il intervient juste parce qu'on a oublié qu'autour de nous il y a la vie.

 

26_10_10_123745_aff_irene_w434_h_q80Irène° Acteurs** Scénario° Dialogues° Originalité° Ambition° Audace° Esthétique° Emotion°

 

Notoriété>350 sur IMDB ; 300 sur allociné

Votes public>6.5 sur IMDB ; France : 6.8 (allociné)

Critiques presse>France : 5.0 (allociné)