THE_COLLECTOR_12sur5 Annoncé comme un véritable néo-giallo, The Collector décevra indubitablement ceux qui se seraient trop focalisés sur cette étiquette, tant le fétichisme darky-grandiloquent prôné ici a plus à voir avec l'héritage de Saw que celui d'Argento, et alors que le premier s'inspirait entre autres du second.

 

Il faut se farcir des préliminaires de vingt minutes d'une banalité à toute épreuve et bardées de clichés avant que le film introduise son sujet, c'est-à-dire propulse un père de famille désoeuvré dans l'antre d'un tueur masqué, ce dernier ayant élu domicile pour la soirée la maison BCBG que le malheureux tente de cambrioler. Le voyou malgré lui fait preuve d'un stoicisme exemplaire en s'enquérant de défendre la vie de ces malheureux.

 

THE_COLLECTOR_AFFLe premier film de Marcus Dunstan en tant que réalisateur, malgré les influences transalpines qu'il affiche, n'est jamais si convaincant que lorsque la connotation passe à De Palma. Le huis-clos a beau osciller entre bon goût ténébreux et gore chic, il nécessite trop souvent la confiance aveugle d'un spectateur auquel on ne saurait trop conseiller de se découvrir une foi en McGyver [que tout soit possible au dépens de quelques incohérences traînant de-ci de-là ne nuit pas tant au film, mais sitôt que l'improbable n'est plus au service de la recherche esthétique, il n'est plus qu'une marque de fainéantise, voir de travail d'écriture relativement bâclé].

 

C'est qu'au-delà de l'hommage (élégant) et des méphistophéliques pièges parsemés par le tueur, Dunstan manque d'idées. Scénariste de Feast et ses deux suites ainsi que des Saw 4 à 6, il a fait la preuve sur ces derniers d'une science de la narration impeccable mais qui, au mieux, ne permettait jamais au film que de se hisser au niveau d'un bon épisode de série TV formatée (Saw 5), au pire de le plomber à cause d'intrigues et sous-intrigues entrecroisées tarabiscotées pour tromper sans fin la galerie (Saw 4, le plus abrutissant).

 

Là, le film est globalement tendu et le potentiel spatial exploité avec rigueur, néanmoins The Collector n'est une mécanique à suspense à la réalisation stylisée, mais jamais plus qu'un honnête et vain divertissement. La preuve, les non-avertis et la plèbe de cinéphage vorace risquent de ne faire aucune différence entre celui-ci et la foule de séries B potables (ou pas) qu'ils vont piocher un peu partout. Un talent indéniable traverse le film, mais il est toujours étouffé par des tics de fabrications moroses et consensuels. La surenchère, de rebondissements bidons comme de brutalités esbroufeuses, masque des élans extatiques latents, trop rares, trop vites zappés.

 

 


the_collector_affiche2The Collector** (5+/10) Acteurs*** Scénario** Dialogues* Originalité** Ambition** Audace** Esthétique** Emotion**-* Musique**-*

Notoriété>7.000 sur IMDB ; 200 (?) sur allociné (pas encore intégré sur le site)

Votes public>6.1 sur IMDB (sensible tendance +45-->-18) ; USA : 4.8 (metacritic - échantillon réduit)

Critiques presse>USA : 2.9 (metacritic) [critiques enthousiastes dans "Mad Movies", "avoir_alire",...]

Note globale = 6- (3-/5)


 

Les récents DTV (direct-to-video) sur PS... Tous les Garçons aiment Mandy Lane

Comme un arrière-goût de giallo sur PS...  A l'intérieur + Bloody Bird

Marc Dunstan sur PS...  Saw 4 + Saw 5 + Saw 6

Josh Stewart sur PS... L'Etrange Histoire de Benjamin Button + Esprits Criminels

Madeline Zima sur PS...  Californication

Daniella Alonso sur PS... La Colline a des Yeux 2/2000's

Robert Wisdom sur PS... 1 duplex pour 3 + Ray

Suggestions... Saw