music_linkin_parkImbéciles, vous êtes repérés ! Vous pensiez sans doute que s'ouvrir à tous les styles musicaux renouvelait le monocorde bain cérébro-spinal dans lequel pataugent vos ondes fatiguées ? Si c'est le cas, songez à vous remettre en question : cette foi naive en les vertus de la diversité anéantit la crédibilité de tout le travail d'honnêtes chercheurs. De Virgil Griffith en particulier, sorte de Michael Vendetta de campus, étudiant 2.0 révélant au fil d'enquêtes édifiantes les stigmates de la hiérarchie naturelle entre les hommes. Il serait temps pour vous d'imprimer dans vos crânes des goûts musicaux définitifs, en évitant les entourloupes : si vous affirmez aimer aussi bien Queen que Norah Jones, soit vous pensez pouvoir jouer les petits rigolos en abusant vos contemporains, soit vous n'êtes pas humain et dans ce cas tant pis pour vous, pas de QI attribué au terme de l'inspection.

 

Eminent analyste de la computation and neural systems, Griffith a mis au point le graphique dont un extrait est présenté ci-dessous. Computation and neural systems, ça paraît sans doute bizarre comme terme quand on aime Beyonce, mais si vous écoutiez Marroon 5 vous saisiriez facilement les enjeux de ce dispositif, plutôt que de croire que ce slogan ne constitue qu'un vain coup d'esbroufe. Dans le doute, les fans d'Elton John ou de Jimi Hendrix, devraient incliner : doués, ils le sont assurément, mais ça ne se repère pas au premier coup-d'oeil.

musicthatmakesyoudumsmall

 

A moins d'être asiatique [et de facto disqualifié], une évidence s'impose : le génie écoute Beethoven. Vous préférez Lizst, Bach [ça vous écorcherait d'éviter d'allez chercher du réconfort au-delà des standards recensés par notre serviteur Griffith ?], c'est dommage, vous repartez avec un score moyen+, la musique classique se contentant de s'inscrire dans la moyenne haute du classement.

 

music_doorsEn effet, Griffith ne fait pas les choses à moitié, même les genres sont classés ! Vous êtes contents ? Si, vous êtes content. Là encore, une évidence s'impose. Jazz, gospel... Lil Wayn... On est bête, et on croit peut-être passez inaperçu... Chacun sait combien l'affect et l'humanisme de comptoir ne veulent  accorder aucun crédit aux raisonnements scientifiques validant les certitudes d'une civilisation aboutie, alors tenons-en nous là. Et que s'est-il passé ; certains ont d'ores et déjà pointé du doigt un présumé racisme latent animant Griffith.

 

Mais enfin, si les chiffres disent que le soleil est jaune, devons-nous affirmer qu'il est bleu [expression brevetée] ? Comment ça, le niveau économico-social, le milieu de naissance et le nombre d'années d'études ne suffisent pas à déterminer l'intelligence d'un individu ? Au lieu de penser que cette étude, c'est du foutage de gueule et une façon comme une autre de théoriser une vision du monde aussi étriquée que celle de Michel Sardou, vous feriez mieux d'écouter ''Alabama song'' en cachette !


music_barry

Et ce n'est pas tout, car de façon sous-jacente, ce rapport fait état d'un malaise, un malaise qui ébranle toute la civilisation occidentale. Car qui rejoint régulièrement Cold Play en tête des ventes ? Lil Wayn, messieurs-dames, absolument ! Deux pôles antagonistes sont leaders du marché. Il y a, au-delà du fossé toujours plus prononcé, une totale scission. Gare à la guerre civile ! N'hésitez plus, faites parler votre raison, précipitez-vous sur U2 et les Red Hot Chili Peppers, passez à l'action ! Ayez l'audace de dire ''oui'' à ces purs ambassadeurs mainstream bien sous tous rapports !

 

Ensemble, continuons d'enfoncer les portes ouvertes qu'emprunte chaque jour la jeunesse valide de l'Occident ! Elevé en plein air, au fouet et au mais, Sufjan Stevens est un des derniers repères accessibles de ce monde décadent, aussi, vous savez maintenant à quoi vous raccrocher.

music_surf